29.10.08

RUE DENOYER : LES ARTISTES EN ACTION

On se souviendra de ce dimanche après-midi passé à regarder le mur se couvrir d'oeuvres sublimes...et du lendemain qui déchante où, en lieu et place, nous avons trouvé un graff sans intérêt qui recouvrait tout. Mais voilà un vaste débat : qu'est-ce qui est beau ? qu'est-ce qui est laid ? Dans la mesure où ces murs sont censés être un lieu de partage, de liberté d'action pour les artistes de tout niveau, peut-on en vouloir à ceux qui "assurent" moins de s'exprimer à leur guise ? Ceux qui recouvrent les murs de lettrages et autres signatures pour "marquer leur territoire" sont eux aussi des artistes à part entière. Certes, ils recouvrent des oeuvres que l'on trouve plus abouties, plus travaillées, plus colorées...mais ne comparons pas ce qui n'est pas comparable et acceptons l'imparable : les murs ont la parole, et il y a près de 7000 langues dans le monde et des milliers de dialectes...sans doute tout autant, si ce n'est plus, de façons d'exprimer son art.
texte : Chrixcel

*
*
*

Le 13 et 14 septembre 08 plusieurs artistes s'étaient donné rendez-vous au mur de la rue Denoyer, Paris 20° pour colorer ensemble ce mur qui est un des spots "phares"de l'art de la rue.

Postées par Tat

La beauté du geste : artistes en action

Pixal Parasit

Epsilon Point

Czarnobyl

Pix by Chrixcel

8 commentaires:

paris-émoi a dit…

bravo pour les photos et les actions !
Outre le beau et laid,le débat peut aussi porter sur la durée des oeuvres!!
je trouve inadmissible qu'un travail collectif d'une telle qualité soit effacé quelques heures à peine après par un gars qui veut juste qu'on voit son nom.
Rue Ordener, personne ne touche à une énorme merde blanche parce qu'elle est défendue jour et nuit, depuis des années.

Tatiana a dit…

Un long débat déjà abordé de nombreuses fois, mais l'art de rue est une façon de s'exprimer, il faut laisser la liberté à tous, même s'il est vrai que parfois on aime plus tel ou tel artiste et que l'on est un peu vert de voir des choses que l'on aime moins.... Bref ;-)
Le bleu ressors moins que sur le vrai mur quand même, mais un beau souvenir de ce w-e coloré, artistique et riche en rencontres ;)

Claire a dit…

Dommage, mais le graff' est éphémère par définition non?
Bientôt de nouveaux courageux viendront refaire d'autres pochoirs ou fresque...
;)

Passantepensante a dit…

Je crois que c'est un peu la guerre et des conceptions artistiques trés différentes.
B.

Thias a dit…

Les murs, le graff, c'est la culture du recouvrement. Les artistes peuvent poser sur des murs où ils savent qu'ils resteront plus longtemps ou sur toiles pour garder une trace. Mais quand on pose a denoyez il ne faut pas s'offusquer d'être recouvert, c'est le jeu.
En revanche, certains oublient une autre logique PRIMORDIALE de la culture du recouvrement, celle du défi où le suivant doit s'efforcer de faire mieux que ce qu'il efface...
En gros le "vandalisme" a une éthique!
Et pis faudrait parler des guerres arty/hip hop et de celles de territoire... qd vous voulez mais une autre fois, vé m'piauté

scofie a dit…

Quel dommage ! même si c'est la règle, cela donne l'impression d'un beau gâchis !
D'accord avec Thias : recouvrir oui mais à condition que cela soit mieux que précédemment ; or, là ce n'est pas le cas.

Chrixcel a dit…

Thias, tu as tout dit...en effet, c'est un trèèèèèèèès long débat;)

Photograff92 a dit…

Ce mur a eut du mal à démarrer ... d'ailleurs le samedi ver 17h on se demandait si ils allaient réussir à tout remplir ;) ... le dimanche soir le résultat était pas mal ... et c'est quant même resté jusqu'au jeudi je crois ... pas mal pour la rue Denoyez non ? ;) ... un beau petit billet