5.10.09

Dans le bec(k) du KEBE (interview)

Issu du nord-est de la banlieue parisienne, KEBE est un graffeur qui peint depuis plus de 10 ans les terrains "tranquilles" du 93 et de Paris. Cet amateur méticuleux de belles lettres, qui a longtemps posé BECK, nous a accordé une interview exclusive à l'occasion de la publication de son livre Seriae Nociva (Excessial éditions), ouvrage sur lequel il travaille depuis près de 5 ans !
En quelques réponses, KEBE nous en dit plus sur son parcours, son style et sur sa façon d'envisager le graffiti.


Seriae Nociva, le livre - (c)Excessial éditions

Depuis quand graff-tu ?
Fin '96, début '97.

Comment es-tu venu au graffiti ?
J'ai toujours été attiré par le fait de bien écrire, de soigner son écriture à l'école, de former de belles lettres uniquement au stylo plume par exemple... et ce bien avant de commencer à tagguer. Je regardais comment les lettres se formaient, les penchant d'un côté ou de l'autre, les grossissant, etc. Jusqu'au jour où je tombe dans une classe avec quatre taggueurs dedans, donc forcément...


(pix Chrixcel)


(pix Thias)

Qu'est-ce qui te plaît dans la pratique du graffiti ?
Il y a plusieurs choses. D'abord, le fait de peindre tout simplement. Physiquement j'entends. Recouvrir tel espace avec un bel aplat par exemple, je trouve ça jouissif, sans même pouvoir l'exprimer. Avec SKIZE, on parlaient du plaisir ressenti rien qu'en faisant la sous couche au rouleau... C'est inexprimable ! Le fait de faire une chose du mieux possible, de remplir tous les petits trous, de bien tout recouvrir... Le plaisir de voir une couleur tout repasser... Comme il dit, "on a des murs qui sont peints plus propre que ton salon !"
Ensuite, pouvoir faire ses trucs dans des endroits pas spécialement faits pour ça, pouvoir se défier soi-même entre guillemets, arriver n'importe où et se poser tranquille avant de repartir en ayant changé complètement le paysage.

Quels sont les moments que tu apprécies le plus ?
J'aime bien "après", quand c'est fini, que tu regardes ce qui va, ce qui ne va pas... J'aime bien placer un bon tag sur une surface bien lisse, même si ça m'arrive un peu moins... J'aime bien partir en vacances uniquement pour peindre, tu découvres plein d'endroits, tu rencontres forcément des gens... tu te fais plaisir !


(pix Thias)


(pix KEBE)

Tu préfères peindre en solo ou à plusieurs ?
Le truc, c'est que ça n'a rien à voir. J'essaie d'alterner car les deux t'apportent. Quand tu es plusieurs, tu dois t'accorder, faire des concessions... Ca demande pas mal de mises au point pour réussir à faire un truc vraiment carré et homogène. Il y a quelques groupes qui ont plus ou moins de facilité, mais il n'y en a pas beaucoup qui font des murs qui sortent de la "bande classique". Je t'avoue que ça force mon respect quand je les vois à 7, 8 faire un mur où rien ne dépasse, rien n'est en trop ou quoi que ce soit... Chapeau ! Mais ça demande beaucoup d'organisation au préalable.
Pour répondre à ta question, je pense avoir fait les meilleures choses en solo. Car c'est toi qui gère tout, qui décide tout, tes couls, ton emplacement, personne n'influe dessus. Ensuite, sur le moment, ce n'est pas la même ambiance non plus... d'où le fait d'alterner.

KEBE, IMAGE, STAR, GRIN (UNO crew)

(pix Thias)

Comment qualifierais-tu ton style de graff ?
Question difficile... J'essaie de changer donc je ne pense pas avoir un style immédiatement reconnaissable. Ou alors au niveau du "trait".
Comme tout le monde, je suis passé par plusieurs phases avec des objectifs différents. Donc j'ai travaillé par à-coups, les lettrages, ensuite les couls, ensuite le tout. Périodes différentes, donc peintures différentes. Un moment j'essayais, je dis bien j'essayais, de complètement changer le lettrage à chaque fois. Chaque lettre en elle-même plus que le style. Maintenant, je fais durer le lettrage 5, 6, 7, 8 fois, je l'améliore et ensuite je change complètement.
Encore une fois, il y a des éléments, des phases qui reviennent mais je pense que c'est assez varié dans l'ensemble. En tout cas, c'est un des buts. Donc en ce moment, je dirais que j'ai un style... un peu lettré, pointu, légèrement 3d calligraphié sur les bords... (rires). Bref, un mélange de plusieurs choses en fait.


(pix KEBE)

Quand même, on reconnaît la patte KEBE, notamment cette touche calligraphiée...
Ok, je pense qu'il y a quand même "une patte" et que la calligraphie ressort naturellement... Mais le truc, c'est que les travaux sur papier et sur mur sont tellement différents. Disons que, sur le mur, j'aurais tendance à ne pas distinguer vraiment cette petite touche calligraphique car elle se perd dans la masse. C'est beaucoup moins fin et délicat que sur une feuille de papier, donc j'ai du mal à me rendre compte de l'impact final en fait.

Comment évolue ta "patte" au fil du temps ?
Difficilement ! Ou plutôt doucement, mais elle évolue et c'est déjà ça. Je dis souvent de regarder seulement un an avant en fait. A la même date, tu regardes ta photo. Généralement, c'est flagrant l'évolution quand même, propreté, tenue du lettrage et de l'ensemble...



(pix Tat, Chrixcel, Thias)

Quelles sont tes sources d'inspiration et tes influences artistiques ?
Je regarde beaucoup de choses... Tout me tombe sous les yeux et forcément m'influence inconsciemment. Toutes les couleurs et associations que tu peux trouver n'importe où. De la vitrine de magasin aux vêtements que tu portes, la façon dont c'est agencé chez toi... Tout influe sur toi. Je ne copie jamais rien et j'essaie toujours de partir de zéro quand je fais une image, alors ça passe forcément par mon inconscient, par l'humeur dans laquelle je me trouve, la musique que j'écoute à cet instant, etc.

Comment choisis-tu tes spots ? Plutôt terrain, rue, friche, tunnel, train, toit...
En ce moment, c'est plutôt le terrain tranquille. Celui où je peux arriver avec tout mon barda et faire un truc TRANQUILLE. J'aspire à la tranquillité...




(pix Thias, Chrixcel, Tat)

As-tu déjà eu des ennuis avec la police ?
Forcément, l'un ne va pas sans l'autre comme dirait... l'autre !

Souhaiterais-tu que le graff soit plus toléré ?
Comme ça, c'est bien. Enfin, tout est relatif. Plus toléré, ça veut dire quoi ? Comme en Allemagne ou en Espagne ? Plus de facilité entre guillemets, mais quand même des mecs qui se font serrer donc ça reste ambigu. De toute façon, en France, c'est impossible, c'est fini maintenant. Á l'heure actuelle, il y a de plus en plus de focalisations sur ce mouvement, il y a des expos organisées, d'autres événements comme l'histoire du Thalys. C'est très ambigu, très contradictoire et délicat tout ça. Chacun a sa propre vision du truc. Soit on défend le côté authentique de la chose, soit, au contraire, on trouve ça bien qu'il soit un peu plus "apprécié" par la masse. Encore une fois l'un ne va pas sans l'autre. Chaque mouvement qui prend de l'ampleur regroupe, jours après jours, de plus en plus d'adeptes. C'est inévitable. Après, libre à toi de ne pas parler à n'importe qui. Les aficionados du "graffiti original" ne devraient pas se soucier du fait qu'il y ait plein de "minots" qui peignent puisqu'eux-mêmes peuvent encore et toujours faire ce qu'ils veulent.
Ensuite, c'est clair que les expos que j'ai en tête ne sont pas spécialement bien organisées et le coup du Thalys, j'ai bien bloqué quand même. C’est honteux comme initiative. C'est encore pire qu'honteux, c'est culotté d'une force... Une société de chemin de fer n’organise pas un événement où un train se fait peindre ! Pour moi, ça va trop loin dans la contradiction.

KEBE, STAR

(pix STAR)

Quels sont tes rapports au monde du graffiti ?
J’en suis acteur tout simplement. J'évolue dedans à mon rythme, envers et contre tous peu importe. J'essaie de rester dans mon coin, de faire mon truc sans trop me soucier de ce qui se passe à côté. Je te montre du respect si tu m'en montres... voilà. Je peins vraiment en toute humilité, après tu aimes, tu n'aimes pas...

Qu'est-ce que tu penses de la scène graffiti en France ?
Techniquement, il y a beaucoup beaucoup de gars qui sont très forts. C'est déjà ça.

KEBE, STAR

(pix Thias)

En dehors du graffiti, est-ce que le dessin et/ou le graphisme occupent une part importante dans ta vie ?
Le dessin oui, obligatoirement. Je ne crois pas trop au freestyle permanent. J'ai besoin de chercher sur papier afin d'avoir une bonne base, sinon c'est mort. Je dois me préparer sur papier longuement avant toute chose. Une fois que j'ai ma base, c'est bon, je peux rajouter des parties directement sur le mur, associer les couls, etc...

Sur quels projets es-tu en ce moment ?
En ce moment, c'est assez chargé. On a enfin sorti mon premier livre, Seriae Nociva, le 9 septembre dernier, qui est le résultat de 5 années de travail. Seriae Nociva est un beau livre de "calligraphie-design-peinture-graphisme". Il est à la frontière de plusieurs domaines, ce qui donne un contenu assez original au final. En tout cas, c'est ce que l'on voulait : un 168 pages haut- en-couleurs comprenant 9 Séries à thèmes, principalement réalisées à l'encre sur papier.


Seriae Nociva, le livre - (c)Excessial éditions

Qu'est-ce que raconte ce livre ?
C'est en gros une transcription "papier" des différentes étapes, rencontres, humeurs... qui remplissent la vie de tout être humain. C'est assez varié et complet, on passe du gros dégradé de couleurs au calme plat noir sur blanc. C'était vraiment une très grosse entreprise et on est contents, soulagés même, de voir enfin le résultat. Surtout qu'il correspond à ce que j'avais dans la tête.

Une partie du livre a été réalisée avec des invités prestigieux...
Parmi les neuf chapitres, il y a une Série avec des invités comme L'Atlas, Moon, Graphic Surgery, Amélie Lengrand... des gens vraiment différents les uns des autres. Ce qui nous donne encore une fois des images inédites à l'accent original.

Et où peut-on trouver Seriae Nociva ?
Le livre est disponible dans les grandes librairies parisiennes pour le moment, ainsi que sur le site Excessial.com en édition limitée et signé ! J’encourage quiconque à supporter le circuit indépendant, que ce soit dans la musique, le vestimentaire ou, en l’occurrence, dans l’édition.


Seriae Nociva, le livre - (c)Excessial éditions

Pour finir, décris-nous ton mur idéal ?
6 mètres de long, sur 2,50 de haut. Légèrement crépité. Je me pose tout seul en laissant 50 à 60 cm de marge sur les cotés.

Dédicaces
Merci à toi pour ton intérêt, Juliette GrïnGrïn StarMDC Image MTS/Aero Swone Boek Efas Jan Perle Cast Jeka Kemar Souri Parks Excessial 999


(pix Chrixcel)


(pix Tat)


(pix Chrixcel)


(pix Thias)


(pix Thias, KEBE)


(pix KEBE)


(pix Tat)

Propos recueillis par Thias
Pix by Tat, Chrixcel, Thias et KEBE
Le MySpace de KEBE et son Fotolog

6 commentaires:

paris-émoi a dit…

encore une fois, belle interview et je trouve son style assez incroyable !

Tatiana a dit…

Très bon article ! Propos passionnants !! On a du coup envie de s'intéresser de plus près à l'artiste et à son bouquin ; ) Bien, bien tout ça ;p

septik a dit…

univers a lui , j'aime !!!

Chrixcel a dit…

Chrixcel a dit...
Moi je suis fan inconditionnelle ! En tout cas merci à Kebe pour cette itv très riche, un pan du mystère Kebé est levé !:)

Chrixcel a dit…

Et notre ami Arden de CFYE qui fait le relai de l'itv sur son site, c'est cool^^ : http://www.crackforyoureyes.com/view-all-articles/1-streetart/388-kebe-interview-photograff-collectif

Excessial a dit…

Yo !

Merci............le remix ici

http://excessial.wordpress.com/2009/10/08/interview-remix